Accueil Univers Inscription Carte Forum

Le royaume d'Arangûr

À la taverne de Zulbias dans la cité de Belsir, un barde raconte l’histoire du Royaume d’Arangûr aux nouveaux arrivants. Ceux-ci écoutent attentivement le compteur tout en jetant leurs dernières pièces d’or au tenancier pour payer leurs consommations. 

Vous comprendrez que ces aventuriers sont plutôt absorbés par ses paroles…  Pourquoi ? Ils ont perdu la mémoire et leur plus récent souvenir est celui de s’être réveillé dans la forêt sombre, entourée d’une brume, yeux grands ouverts et tournés vers le ciel étoilé, ne cessant de répéter:

Qu'est-ce que j'fou ici...

Et une voix leur répondit après un long moment à les laisser languir

Prosternez-vous devant moi et je vous laisserai la vie sauve, devenez mes serviteurs...

C’est donc dans un état d’âme absolument effrayé, qu’ils se retrouvassent dans cette taverne à écouter un homme qu’ils ne connaissaient pas, mais qui peut-être allait leur apprendre la raison de leur venue dans cette cité

Voici donc l’histoire du royaume d'Arangûr conté par nul autre que Salamir…

Alors les amis, vous voulez savoir pourquoi vous avez failli crever dans cette forêt, d’où provenait cette voie… n’est-ce pas? Laissez-moi vous raconter…

Le territoire s’appelait autrefois le royaume de Belsir en l’honneur du roi Gobar Belsir. C’était le meilleur d’entre tous les rois que ce monde ait pu connaître. Vous n’avez qu’à demander à n’importe qui qui sied ici et il vous répondra la même chose. C’était un homme bon, aimable et généreux, un formidable allié pour les elfes d’ErynDhel, les nains de Min Maldir et les valeureux paladins de Valdroit…

Le commerce entre les villages et les cités était au mieux, chaque habitant pouvait espérer à une vie prospère. Les caravanes voyageaient allègrement entre les villages et cités, apportant divers objets de valeurs nécessaires à la survie. Les chemins les reliant étaient protégés par la majestueuse garde de Belsir.

Les objets transigeant par les grandes artères allaient du minerai des nains, armures elfiques, poissons de Bergemur, céréales de Valdroit et armes de la capitale… Sans compter les innombrables œuvres d’art qui se négociaient entre les bourgeois…

Bien entendu, il y avait quelques scélérats qui apportaient un lot de problèmes au seigneur, mais ils se retrouvaient vite bannis du royaume. Ceux qui osaient défier la volonté du roi se faisaient couper la tête à la guillotine… Aux plus grands plaisirs des citoyens, pour qui cela constituait en quelques sortes en un moment de réjouissance…

Depuis que le Roi est mort, tout ceci n’est plus. Les chemins ne sont plus surveillés. Les créatures maléfiques ont repris leur droit. Le jour, les nuages gris garnissent le paysage, empêchant les rayons du soleil de nous atteindre, de nous donner une dose d’espoir et la nuit… Son ciel est garni d’étoiles et est accompagné de la pleine lune. Si l’on prête l’oreille attentivement, on peut entendre le chant des loups-garous…

Comment le roi est-il mort ? Telle est la question que tous se posent. L’histoire ne la raconte guère. La seule chose que nous en savons, c’est qu’au moment de sa mort, un château mystérieux est apparu dans les montagnes du Nord-est. À son commandement, un être mystérieux dont le surnom est le roi Mort. Les elfes le nomment Arangûr et les nains le Roi de Dum…

Depuis la mort du roi Gobar, le royaume de Belsir s’est transformé, il est dominé par les créatures mortes-vivantes. Les loyaux serviteurs du château parcourent le monde à la recherche d’aventuriers, comme vous. Ils les capturent et les laissent pour morts dans la forêt sombre… Certains survivent…

Salamir prend un temps de réflexion, il jauge du regard ceux qui l'écoutent, puis reprend en disant :

D’ailleurs, comment avez-vous fait ?

Un des nouveaux arrivants répondit :

«Pour ma part, j’ai pris mes jambes à mon coup et j’ai déguerpi…»

Puis un nain qui siégeait dans la discussion poursuivie en posant à son tour une question

Mais, mais, les nains et les elfes n'ont rien faient ?

Le barde répondit un brin arrogant

Vous pensez qu'vous auriez pu faire mieux face à un Dieu ? J'aurais bien aimé vous y voir... Vous...

Salamir prit une pause, scruttant le regard de l'homme, comme s'il cherchait à comprendre son âme... Puis il reprit d'un ton calme et posé :

Si vous voulez en savoir plus sur la Grande Guerre, il vous faudra allonger l'or, car à partir de maintenant, le seul conseil que j'vais vous donner c'est le suivant :

De grâce, ne sortez pas la nuit !

Croyez-moi, c'est le seul conseil à retenir...

C'est alors qu'un des clients cria :

Ne faites confiance à personne… Même pas ce barde. Qui sait, s’il n’est pas au service du Roi mort.

Les éclats de rire se firent entendre dans toute la taverne, laissant les hommes effrayés stupéfaits et dans l'incompréhension absolue.

Créé par Vorigan 2019-2020
vorigan.arangur@gmail.com