Accueil Univers Inscription Carte Forum

L’histoire des dieux et la création du monde.

Il y a de ces histoires qui restent ancrées dans les mémoires pour toujours et celle que je m’apprête à vous raconter ne fait pas exception. À une lointaine époque où le soleil régnait encore en ce monde, on racontait l’histoire d’Uzra, mère de tous les dieux et créatrice de tout ce qui vivait en ce monde.
Personne ne sait d'où est venu la déesse-mère, mais ce fût elle qui alors que tout n’était que néant, créa le firmament et en fît sa première demeure.
On nous enseigne que la déesse, se sentant bien seule, créa dix autres dieux qui prirent place à ses côtés au panthéon. Uzra les éleva dans la bonté et l’amour et ceux-ci profitaient de tous les bienfaits que pouvait leur apporter cette nouvelle vie. En contrepartie, ceux-ci lui devaient obéissance et de respecter ses édits.
Pendant longtemps, ils n’eurent rien d’autre à faire que de profiter des dons et des largesses qu’elle avait créés pour eux, la plupart s’adonnaient aux divers plaisirs qui leur étaient proposés ou bien passaient moult temps à créer à l’instar de la créatrice auparavant.
Pourtant cette existence sans réel but avait ses lacunes et après un certain temps, Uzra se sentit lasse et ressentit le besoin de créer à nouveau. C’est alors qu’elle utilisa une partie de son essence pour illuminer les cieux et baigner de la lumière du jour le Nouveau Monde qu’elle venait de mettre à la vie pour de nouveaux enfants, les elfes en premier et après une longue période, humains et nains vinrent s’ajouter aux premiers habitants de notre monde.
Lorsque ce fut fait, Uzra convoqua ses premiers enfants afin de leur faire découvrir ses nouvelles créations, tous furent émerveillés par la beauté de la création de la déesse-mère et nul ne s’opposa, du moins au début, lorsqu’elle leur fit part de son projet pour eux. Ils devraient se fondre parmi ses nouveaux enfants et les guider afin qu’ils puissent profiter de leurs connaissances, chacun possédant un ensemble de pouvoirs et de juridictions, bien différent les uns des autres. Ils s’acquittèrent de leurs tâches de diverses manières, certains décidèrent d’influencer discrètement les nouveaux enfants d’Uzra en se fondant parmi eux alors que d’autres se montrèrent sous leur vrai jour pour être adulés tel qu’il le leur était dû.
Les années et les siècles passèrent et les nouveaux enfants prospéraient sous les conseils des dieux, de nouvelles races vinrent au monde en complément des trois originelles. Hobbits et gnomes s’ajoutèrent donc au lot des habitants de ce monde et s’épanouirent à leurs tours. La civilisation florissante créée par Uzra continuait de grandir et ses enfants aimaient être guidés par les dieux et ils le leur démontraient alors qu’ils construisaient temples et monuments en leur honneur.
Voici ce dont on se souvient encore des anciens dieux à notre époque.
Udrus, dieu de la mort respecté et craint d’entre tous à la fois. Sa tâche était de juger les âmes après leur trépas selon les règles d’Uzra. Ceux qui avaient mené une vie dans le bien et le respect des dieux se voyaient accorder la clémence d’une vie éternelle dans les cieux alors que ceux s’en étant détournés verraient leur après-vie punie par mille souffrances.
Zéésis, déesse de l’amour, de la beauté et de la fécondité s’était vu demander d’embellir le monde et de bénir les couples pour que ceux-ci puissent continuer à peupler notre monde. On disait d’elle qu’elle était si belle que même le plus endurci des coeurs ne pouvait s’empêcher de la désirer.
Arasil, dit le juste. Nul ne pouvait contredire son jugement et c’est de lui que les premières lois des êtres peuplant notre monde furent apprises et appliquées. De lui nous nous souvenons ses jugements impartiaux et sans compassion, peu importait la raison, la loi restait la loi.
Braella, la jumelle d’Arasil, dit la fourbe. Le cœur de Braella était rebelle et elle n’acceptait pas qu’on lui refuse ses désirs, elle enseignait à prendre ce que l’on désirait et c’est pour cela qu’elle était révérée par les cambrioleurs et autres de cette engeance.
Khataar, le bâtisseur ou encore l’artisan. C’est de lui que les enfants d’Uzra apprirent à construire et fabriquer toute chose. Particulièrement apprécié des nains ceux-ci furent ses meilleurs élèves et ses préférés. C'est d’ailleurs sous cette forme qu'il se présentait lorsqu'il parcourait le monde des mortels.
Rhoaos, le guerrier ou encore le combattant, ne fut réellement connu que lors de la première guerre contre Zubius et les mauvais dragons. Certains des plus anciens des enfants d’Uzra, jalousant les nouvelles créations de celle-ci, retenant toute son attention, prirent sur eux d’éradiquer les premiers enfants et c’est à ce moment que Rhoaos, prit la tête de la nouvelle armée créer dans le but de combattre les dragons mauvais forçant ceux-ci à abdiquer pour le moment, attendant de pouvoir reprendre leur vengeance le jour venu.
Oena dit la courageuse, bien que Rhoanos enseigna ses prouesses martiales aux enfants d’Uzra, c’est elle qui les inspiraient à garder la tête haute alors que tout leur semblait perdu, ses valeureuses paroles avaient su requinqué les hommes et leur courage afin de leur donner l’énergie nécessaire pour un dernier assaut. On dit que lorsque tout semblait sur le point de s’effondrer, même le dieu de la guerre pris la force de poursuivre le combat lorsque sa valeureuse sœur vint prendre sa place à ses côtés pour l’assaut final.
Ygmir, déesse des marchands. C’est à elle que l’on doit les premières devises de ce monde dont le visage peut encore être vu sur certaines pièces de monnaie encore en circulation.
Ovva, puissante déesse créatrice de la magie, on la considère comme étant la plus proche de la puissance de sa mère. À ce jour, la statue de la déesse surplombe toujours de sa splendeur la cour principale de la grande tour des magiciens où tous pouvaient anciennement profiter de ses multiples bienfaits.
Vyesis,, déesse de la nature et de la chasse. La divinité à l’âme sauvage eut la tâche de créer les différents animaux afin que les enfants d’Uzra puissent se sustenter des uns et se faire des compagnons des autres . Vyesis se mêlait bien peu aux hommes, se trouvant plus à sa place parmi les bêtes.
Plus les enfants d’Uzra étaient vénérés et plus il gagnait en puissance, par contre ce qu’ils ne savaient pas c’est que les croyances des hommes, si elles étaient suffisamment fortes, pouvaient aussi faire venir ou bien créer d’autres dieux. Ceux qui se plaisait aux vices, à la corruption et au mal ne croyaient pas les édits des dieux, mais plutôt à leurs intérêts personnels, leurs gains personnels. Après un temps, un autre dieu était venu en ce monde, conçu par les convictions de certains des enfants de la création. Il se prenait à apprécier la compagnie des corrompus et il jalousait grandement le pouvoir de création d’Uzra. Son pouvoir grandissait constamment alors que de plus en plus de ceux qui se détournait du bien se mettait à le vénérer et plus il avait d’adorateurs plus il devenait vigoureux et pouvait aisément corrompre les cœurs.
Après bien des années, alors que l’on disait que sa puissance rivalisait presque celle de la déesse-mère, créatrice de toute chose, la noirceur envahit pour la première fois nos terres, qui n’avaient alors encore jamais connu la nuit. Bien que le soleil finissait toujours par réapparaître chaque jour la nuit elle revenait à son tour. L’éternel combat entre ce nouveau dieu encore sans nom et Uzra dura pendant bien des siècles, tellement que c’en était devenu la normalité et que ceux qui peuplaient notre monde en cette époque s’y acclimatèrent et prirent plutôt la fraîcheur de la nuit comme une bénédiction de la déesse.
Les dieux furent donc rappelés au firmament par Uzra afin de l’aider dans son combat contre cette nouvelle entité et ils cessèrent donc de rendre visite aux enfants de la déesse et bien que ceux-ci les vénéraient toujours, leurs dévotions diminuèrent et la magnificence des dieux fît en conséquence.
Puis un jour, alors que le soleil se leva avec toute sa magnificence pour une dernière fois, une boule d’énergie noire incandescente se matérialisa en plein ciel et vint aspirer la lumière de celui-ci, d’épais nuages vinrent alors recouvrir les étoiles ainsi qu’une épaisse brume infranchissable empêchant quiconque de sortir de nos contrées, puis peu de temps après de nouvelles races apparurent. Les Orcs, Gobelins et Kenku parcouraient maintenant nos contrées, semant mort et désespoir parmi nous autres qui avions vécu dans la lumière des divinités.
Les dieux semblaient nous avoir abandonné ou peut être ont-ils tout simplement été détruit, la rumeur voulant que seuls Ovva et Udrus parcourent encore notre monde sans pour autant se mêler aux affaires des mortels qui maintenant vivent dans une nuit sans fin, une nuit de terreur et de damnation alors que le peu de rayons de lumière que les nuages laissent filtrer d’un soleil presque mort suffit à peine à faire pousser nos plantations. Maintenant nous ne connaissons que les ténèbres, nos âmes vouées à la damnation éternelle peut-être pour expier les péchés de nos ancêtres.
On dit que ceux qui combattent ce fléau par la prêtrise reçoivent leurs pouvoirs de ces deux divinités alors que d’autres, plus enclin au mal recevrait leurs pouvoirs de celui que l’on surnomme maintenant le roi mort.
En cette époque troublée, celui-ci parcourt notre monde et se nourrit de l’âme des pauvres mortels que nous sommes. Ses suivants toujours en plus grand nombre arpentent inlassablement nos terres et sèment la destruction parmi ceux qui s’opposent au monarque du royaume d’Arangûr.

Créé par Vorigan 2019-2020
vorigan.arangur@gmail.com